OK

La construction du fort

 Le Général Séré de Rivières, en 1873, suggère la construction du Fort du Mont-Bart, qui, en liaison avec le Fort Lachaux, celui du Lomont et plusieurs batteries, va permettre de protéger Montbéliard. Un an plus tard, son projet est entériné par le ministère de la Guerre, et marque le début des travaux. Son coût de construction, estimé à 1,5 millions de Francs, s'élèvera à plus de 2 millions de Francs.
Pour permettre la construction du fort, les villes de Bart et Bavans concèdent les terrains nécessaires (pour environ 500 Francs par hectare), alors que le terrain utilisé pour le chemin d’accès est remis gratuitement par Bavans. Avant que les travaux ne débutent, des fouilles archéologiques sont entreprises par M. Voulot. Un double problème se pose lors la construction du Fort, lié à son installation à 497m d’altitude : l’acheminement du matériel et des matériaux, mais aussi le déblayement des gravats. En effet, le chemin d’accès prévu est inutilisable du fait de la quantité de matériaux à transporter, et sert uniquement à acheminer les vivres. Ce problème est résolu par Adrien Hallier, l’architecte du Fort : il fait mettre en place un système de plan incliné à traction à machine à vapeur. Ce plan incliné, d’abord simple puis double, qui utilise une coulée naturelle sur le flanc Sud, permet à des wagonnets de circuler.
En 1878, les travaux principaux sont achevés par l’entreprise Hallier-Moussard qui a réalisé la construction du Fort et son chemin d’accès. Par la suite, des modifications sont tout de même apportées au Fort, notamment pour s’accorder avec les progrès techniques de l’armement.
Le génie militaire de Langres est responsable de l’avancée de travaux, alors qu’une brigade de gendarmerie reste sur place pour veiller sur le chantier. Pas moins de 600 personnes prennent part à la construction du Fort : des ouvriers locaux pour le terrassement, et des Alsaciens, des Creusois ou encore des Italiens pour les maçons et tailleurs de pierre, dont la plupart ont participé à la construction d’autres fortifications locales.

Les wagonnets activés par une machine à vapeur pour l'acheminement des matériaux - (Dessin Maxime Peroz)

Le Fort, qui est encerclé de fossés, est majoritairement construit en pierre, à l'exception de quelques parties telles les plafonds, ou encore les encadrements de fenêtres qui sont en brique. La « rue », allée située entre les deux bâtiments du casernement, au départ à ciel ouvert, est dominée depuis 1910 par une couverture de béton maintenue par des rails métalliques. Une fois les maçonneries achevées, le Fort fut recouvert de 3 à 6 mètres de terre, et seul le pont-levis permettait d’y accéder.

Le Fort du Mont-Bart - détails d'architecture (JM. Domon)
Le Fort du Mont-Bart - vue extérieure (JM. Domon)

Déposez ici vos anecdotes, souvenirs ou impressions

Déposez votre anecdote
Nom :
E-mail :
Message :
captcha
Tapez le résultat de l'opération affichée dans l'image ci-dessus :
Pays de Montbéliard Agglomération - Service animation du patrimoine
8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBELIARD CEDEX
Tél. 03 81 31 87 80 - Fax 03 81 31 84 89
http://www.agglo-montbeliard.fr/http://www.vpah.culture.frhttp://www.culture.gouv.fr
Pays de Montbéliard Agglomération - 8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBÉLIARD Cedex - Tél. 03 81 31 88 88