OK
Le patrimoine industriel

Usine Peugeot Frères actuellement Faurécia et Fuji Autotech France

Le moulin de Belieu figure déjà sur la carte de Cassini en 1760. Il est acquis en 1857 par les frères Jules et Emile Peugeot, qui y implantent un laminoir à froid et reconstruisent le barrage. Cet équipement produit des feuillards (bandes) en acier et alimente les deux établissements de la société Peugeot Frères à Valentigney et à Hérimoncourt (voir notice). Vers 1860, elle traite 7 tonnes d'acier par mois, qui sont convertis en articles de quincaillerie (baleines de corsets, ressorts), outils agricoles ou à main (scies, fers de rabots, moulins à grains, etc.). La société les Fils de Peugeot Frères se lance au début des années 1880 dans la fabrication des vélocipèdes (bicycles et tricycles), pour laquelle divers ateliers sont édifiés : une tréfilerie vers 1881 et un bâtiment à étage (ajustage et montage), un bâtiment en rez-de-chaussée (magasin des pièces brutes et forge), un atelier de polissage et de nickelage et des bureaux en 1885-1886. Un nouveau bâtiment abritant un atelier de vernissage et un magasin des produits finis est achevé en mars 1887. L'usine est pourvue de l'éclairage électrique dès 1883, fournit par une machine Edison. La production des trois modèles proposés (grand bi, bicyclettes à chaîne et tricycles) atteint 7 000 unités en 1892. Les ateliers sont endommagés par un incendie et une inondation en 1895. Leur reconstruction au début de 1896 permet d'atteindre une capacité de production annuelle de 15 000 unités, puis 20 000 en 1900. En 1900, la force motrice totale atteint 1 000 ch, produits par cinq turbines (270 ch) et quatre machines à vapeur Corliss. Outre son produit phare (modèle Lion), la société produit des vélos vendus sous diverses marques (Audru, Griffon ou Oméga).

C'est à l'usine de Beaulieu qu'est montée en 1890 la première automobile quadricycle à pétrole, équipée d'un moteur Daimler. La production passe à quatre modèles en 1891, puis 92 en 1896 (type 3 à type 13). Après le départ d'Armand Peugeot pour fonder l'usine d'Audincourt en 1896, les Fils de Peugeot Frères, suite à une clause de non-concurrence, poursuivent la fabrication de tricycles et de quadricycles à moteur dépourvus de banquettes, mais disposant de selles. En 1892, la société travaille dans quatre branches : la quincaillerie, l'outillage, le cycle et l'automobile. Après le lancement en 1901 de sa première motocyclette (modèle ZL), les ateliers sont réaménagés en 1903 pour une fabrication mensuelle de 400 unités. Suite à la fusion en 1910 des deux sociétés concurrentes Peugeot et la création de la SAACP (Société Anonyme des Automobiles et Cycles Peugeot), l'usine est dotée de laminoirs à chaud et produit des voiturettes, des cycles et des motocyclettes. Un bâtiment abritant les services commerciaux et comptables est construit à cette occasion. En 1913 est lancée la production de la Bébé Lion Peugeot (type BP1), conçue par E. Bugatti.


Pendant la Première Guerre mondiale, l'établissement produit également des véhicules à bras (porte-brancards) et des obus. Il poursuit après le conflit la fabrication des voitures de faible puissance et des cycles. L'usine s'étend vers le sud, sur la commune de Mandeure, avec la construction en 1920-1921 de nouveaux ateliers pour le modèle automobile Quadrilette. En 1922, l'usine de Beaulieu produit 120 000 bicyclettes par an et, avec celle d'Audincourt, 400 automobiles par mois. En 1926, la SAACP cède sa branche cycles à la SACP (Société Anonyme des Cycles Peugeot) : la fabrique produit des tubes en acier (20 t par mois) et assemble des cycles et des motocyclettes. La production de cycles atteint 162 000 unités en 1930. Celle des motocyclettes, vendues sous les marques Peugeot, Aiglon, Griffon ou Automoto, passe de 7 000 en 1926 à 19 000 en 1930. La société lance son vélomoteur P 50 en 1932, relayé après la Seconde Guerre par le cyclomoteur (moins de 50 cm3) et des motocyclettes de petite cylindrée. Vers 1955, l'usine s'étend vers l'ouest et compte 63 000 m² couverts. L'appareil de production compte alors environ 3 000 machines-outils. La société des Cycles Peugeot entre en 1966 dans la holding Peugeot SA. Elle abandonne vers 1970 la fabrication des motos, mais devient leader mondial sur le marché des cyclomoteurs, avec des usines à Saint-Louis (68) et une chaîne de montage à Romilly-sur-Seine (10). Parallèlement, l'usine de Beaulieu développe des produits à base de tubes d'acier (containers, casiers grillagés, accessoires de magasins) et fabrique des pièces automobiles (pots d'échappement, châssis de sièges, colonnes de direction). En 1967, le site s'étend sur 170 000 m², dont 100 000 m² couverts. A cette date, la production est orientée à 75% vers les pièces détachées pour automobiles, mais 200 000 vélos sont fabriqués annuellement.


En 1986, les sociétés Aciers et Outillage Peugeot et Cycles Peugeot fusionnent et créent la société ECIA (Equipements et Composants pour l'Industrie Automobile). La fabrication des cycles est alors transférée aux filiales Peugeot Cycles à Romilly, et Peugeot Motocycles à Dannemarie (68), ce qui entraîne la fermeture du site de Beaulieu. Une importante partie des bâtiments est détruite entre 1986 et 2001, laissant place à diverses constructions à vocation économique. Le site est aujourd'hui occupé par les équipementiers automobiles Faurecia et Fuji Autotech France. La partie nord du site a été achetée par l'agglomération du Pays de Montbéliard, qui va procéder à une restructuration. Les ateliers de fabrication subsistants sont en rez-de-chaussée, bâtis en moellon de calcaire enduit. Ils sont couverts de sheds en tuile mécanique, ou de toits à longs pans en ciment amiante ou en tôle. Construit à l'entrée de l'usine, un bâtiment (fonction administrative ?) de deux étages carrés est ajouré de baies couvertes d'arcs segmentaires en brique. Il est couvert de toit à croupes en tuile mécanique. Un bâtiment de 4 étages carrés (béton armé), flanqué d'une tour de 6 étages, a également été construit à l'entrée du site dans les années 1960. Il est couvert d'un toit terrasse.


L'effectif est de 400 ouvriers en 1889, 765 en 1900 (dont 630 pour les cycles), 1955 personnes en 1912, 3000 pendant la Première Guerre mondiale, 1800 (dont 450 femmes) en 1921, 2600 en 1925, 3500 ouvriers en 1955, 6000 en 1978 et 3700 en 1985.

Pays de Montbéliard Agglomération - Service animation du patrimoine
8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBELIARD CEDEX
Tél. 03 81 31 87 80 - Fax 03 81 31 84 89
http://www.agglo-montbeliard.fr/http://www.vpah.culture.frhttp://www.culture.gouv.fr
Pays de Montbéliard Agglomération - 8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBÉLIARD Cedex - Tél. 03 81 31 88 88