OK
Le patrimoine industriel

Usine de ferblanterie dite la Casserie, actuellement Cristel

En juillet 1825, les frères Japy demandent l'autorisation d'établir une "nouvelle usine mise en jeu par deux roues à aubes de 4 m et 4,6 m de diamètre" située 400 m en aval de leur martinet de Lafeschotte. Cet établissement est destiné à "convertir les fers et aciers forgés en diverses pièces de mécanique à usage des fabriques, tissages, filatures et à préparer les objets nécessaires à la limerie, à la serrurerie et à la quincaillerie". L'ordonnance royale du 2 avril 1828 autorise cette construction, mais il semble que l'usine soit déjà en activité à cette date. Très rapidement, elle se consacre à la fabrication d'ustensiles ménagers en fer battu, étamé, verni ou émaillé, localement appelée "casserie". La production annuelle atteint rapidement 5 t d'ustensiles divers (110 articles de cuisine en 1845) et la "fabrique de casseroles" est agrandie en 1841, puis en 1854. En 1851, près de 100 000 pièces de fer battu sont fabriquées dans l'usine. En 1850, l'usine utilise une machine à vapeur pour actionner un marteau-pilon, et trois roues hydrauliques pour les martinets.

Entre 1863 et 1872, elle connaît une importante extension : magasins divers (de fer et sulfate de fer, de suif, de modèles et de pièces), ateliers (noircissage et vernissage), halle de la machine à vapeur. La matrice cadastrale mentionne la construction de maisons, vraisemblablement pour loger les ouvriers, en 1838, 1839, 1850 et 1853. L'usine est de nouveau agrandie entre 1884 et 1891, où sont successivement bâtis deux "émailleries et des ateliers de décorage et de picorage, un bâtiment des mélanges, un atelier de moulin à émaux et un magasin pour pièces". En 1894, le site est desservi par une voie de raccordement ferroviaire de 2 300 m et cinq embranchements. De 1902 à 1913, le développement de la Casserie nécessite des agrandissements d'ateliers (émaillerie, décor), ainsi que de nouvelles constructions (étamerie, vernissage, magasin, bâtiment des chaudières, gazogène). La fabrique est dotée d'un poste de transformation électrique en 1909. Elle se développe alors vers l'amont de la vallée, en direction de l'usine de Lafeschotte du Haut (voir notice). Elle fournit près de 3,5 millions de casques aux armées françaises et alliées pendant la Première Guerre mondiale. Un atelier de fabrication de plaques émaillées (étiquettes, plaques de rues, enseignes publicitaires), employant 35 personnes et fabriquant 22 t chaque mois, a fonctionné jusqu'en 1930.

L'émaillerie construite au sud du site est démolie en 1950. Suite à l'éclatement de la firme Japy en 1955, l'activité se poursuit avec la société d'équipement ménager Japy, devenue Japy-Marne en 1963 suite à la fusion avec la société des Emailleries de la Marne, à Saint-Dizier (52). En 1964, la fabrique produit 350 t d'articles émaillés (400 000 pièces) et 50 t d'articles ménagers galvanisés. En 1967, l'usine renferme 45 presses découpoirs, 5 cisailles et 63 tours. Mise en liquidation en 1979, l'usine est reprise par une SCOP en 1983, qui poursuit la même activité sous le nom de Cristel. Une partie des ateliers est détruite en 1985-1986 (découpage). En 1987, la SCOP laisse place à la société DJA Cristel, qui se lance dans la production d'articles culinaires haut de gamme en inox (casseroles, poêles, ustensiles divers). L'ensemble des bâtiments, datant de la fin du 19e et du début du 20e siècle, a été réhabilité entre 1995 et 1997, complété de constructions nouvelles : un atelier d'emboutissage en 1995 et un magasin industriel achevé en 2009. La société Cristel produit quotidiennement 2 000 pièces (casseroles, poêles et articles ménagers divers).
L'usine employait 1 075 personnes en 1912, 200 en 1967, 30 en 1983 et 90 en 2011.

Les bâtiments existants s’échelonnent du 2e quart du 19e siècle au 4e quart du 20e siècle. Les ateliers de fabrications sont construits en rez-de-chaussée, couverts de toits à longs pans ou de sheds, avec charpentes en bois ou métalliques soutenues par des poteaux en fonte ou en acier. Seule la travée ouest de l'ancien atelier d'emboutissage et d'agrafage mécanique, qui accueille aujourd'hui les bureaux et le show-room, possède un étage carré. Sa façade est ajourée de baies oblongues couvertes d'arcs segmentaires en brique. La façade de l'atelier d'outillage, construite vers 1900, possède des ouvertures couvertes d'arcs segmentaires en pierre de taille calcaire. Les tuiles mécaniques couvrant les ateliers ont presque toutes été remplacées par des couvertures en tôle lors de la réhabilitation du site. A cette occasion, deux cheminées en brique, dont l'une de section carrée, ont été conservées. L'ancien bâtiment de direction, également construit en moellon de calcaire enduit, est pourvu d'un étage carré et couvert d'un toit à longs pans en tuile mécanique.

Pays de Montbéliard Agglomération - Service animation du patrimoine
8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBELIARD CEDEX
Tél. 03 81 31 87 80 - Fax 03 81 31 84 89
http://www.agglo-montbeliard.fr/http://www.vpah.culture.frhttp://www.culture.gouv.fr
Pays de Montbéliard Agglomération - 8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBÉLIARD Cedex - Tél. 03 81 31 88 88