OK
Le patrimoine industriel

Cités ouvrières liées à l'Usine Peugeot de Terre-Blanche

Cité du Pré Neuf

Construite en face de l'usine de Terre-Blanche au lieu-dit le Pré-Neuf, cette cité ouvrière comprend divers types d'habitat, distribués autour de rues nouvellement créées (rues des Sapins, du Pré Neuf et de la Promenade), et qui s'étendent sur la commune de Seloncourt (rue des Essarts). La société Peugeot Frères fait construire quelques maisons d'ouvriers au début des années 1880, mais c'est principalement la société coopérative l'Immobilière de Valentigney, Terre-Blanche et Beaulieu qui lotit ce secteur entre 1890 et 1901. Les quatre maisons situées sur la commune de Seloncourt sont construites entre 1896 et 1899. Tous ces logements ont été vendus à des particuliers à la fin du 20e siècle. Cette cité ouvrière comprend 12 immeubles de quatre logements et quatre maisons jumelles. Les habitations à quatre logements sont construites en moellon de calcaire enduit, avec un sous-sol et un étage carré, couvertes d'un toit à longs pans en tuile mécanique. Elles présentent néanmoins une légère variante quant à la disposition des appartements. Trois d'entre elles disposent d'appartements traversants alors que les logements des neuf autres habitations sont distribués par paires sur les façades antérieure et postérieure. Cette dernière variante est extrêmement fréquente dans les cités ouvrières de la société Peugeot dans les communes de Valentigney, Audincourt ou Mandeure. Les maisons jumelles, peut-être réservées aux contremaîtres, présentent les mêmes caractéristiques : moellon de calcaire enduit, sous-sol et étage carré et toit à longs pans, à l'exception de deux d'entre elles qui disposent en plus d'un étage en surcroît.
 
Cité F, G et K

Cette cité ouvrière est construite dans le dernier tiers du 19e siècle pour le compte de la société Peugeot Frères. Elle comprend trois "casernes" dénommées F, G et K sur la matrice cadastrale, et une dizaine de maisons individuelles. Achevée en 1873, la caserne G est censée loger 125 ouvriers, alors que la construction de la caserne F se termine l'année suivante. La caserne K est achevée en 1883, puis prolongée à l'ouest après 1910. Toujours d'après la matrice cadastrale, ces logements collectifs F et G sont agrandis (ou réaménagés ?) entre 1899 et 1901. Les maisons individuelles sont construites entre 1870 et 1875. Les bûchers ont disparu et ont laissé place à des stationnements. Deux immeubles de logements, construits aux n° 1 et 3 de la rue du Préau et qui pouvaient se rattacher à cette cité, ont été détruits à la fin du 20e siècle. Tous ces logements ont été vendus à des particuliers à la fin du 20e siècle. Toutes les habitations de cette cité sont construites en moellon de calcaire enduit et couvertes de toit à longs pans en tuile mécanique. Les casernes F et G, abritant respectivement 20 et 26 appartements à l'origine, sont pourvus d'un sous-sol, d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un étage en surcroît. L'élévation de la caserne K comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré, à laquelle l'extension ouest du début du 20e siècle a ajouté un étage en surcroît. Les maisons individuelles comprennent un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage en surcroît.

Caserne la Bastille

Ce logement ouvrier est construit vers 1860 - achevé en 1862 - par la société Peugeot Frères. Connu sous le nom de Bastille, il a été protégé au titre de la loi sur les Monuments historiques en 1986. Il a par la suite été réhabilité et abrite toujours divers logements. L'édifice est bâti en moellon de calcaire enduit, à un étage carré, couvert d'un toit à longs pans en tuile mécanique. Il abrite onze logements. Les cinq appartements du rez-de-chaussée sont desservis par un escalier individuel, alors que l'accès des cinq logements de l'étage s'effectue par un escalier droit desservant une galerie, tous deux en bois. La galerie s'étend sur la façade antérieure et se prolonge en retour sur le pignon ouest, lequel est couvert d'un bardage de planches. L'accès au onzième logement s'effectue par le pignon est.

Cité F, G et K - Caserne (15 logements) 4 rue de la Promenade vue depuis le nord en 1981, aujourd'hui détruite. © Sancey, Yves
Cité F, G et K - Caserne F. Façade postérieure vue depuis le sud-ouest © Mongreville, Jérôme
Caserne la Bastille - Escalier et galerie sur la façade nord en 1981 © Sancey, Yves
Caserne la Bastille - Façade nord © Mongreville, Jérôme
Pays de Montbéliard Agglomération - Service animation du patrimoine
8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBELIARD CEDEX
Tél. 03 81 31 87 80 - Fax 03 81 31 84 89
http://www.agglo-montbeliard.fr/http://www.vpah.culture.frhttp://www.culture.gouv.fr
Pays de Montbéliard Agglomération - 8 avenue des Alliés - BP 98407 - 25208 MONTBÉLIARD Cedex - Tél. 03 81 31 88 88